m2A et moi ! - Le mag en ligne

David Mey est ébéniste-marqueteur de formation. Installé à Motoco depuis 7 ans, cet amoureux du bois redonne vie aux meubles anciens et crée du mobilier et des objets aux lignes épurées.

Un travail minutieux

Dans son atelier aux teintes chaleureuses, des chaises customisées sont suspendues au mur.

« Ce sont mes pièces totems ! », lâche l’artisan.

Peu de temps après son installation dans le bâtiment 75 (DMC), il va chiner à Emmaüs. « Je suis arrivé dans la grande tente [de l’ancien Emmaüs] et il y avait toutes ces chaises en formica. Ça m’a rappelé des souvenirs chez ma grand-mère et j’ai eu envie de les customiser. » Son aventure à Motoco était lancée.

Un assemblage de petits morceaux de bois
Un assemblage de petits morceaux de bois

À l’aide d’un massicot, David coupe de petites bandelettes puisées dans son stock de plaquage de bois. « Je ne dessine quasiment rien. D’abord il y a la rencontre : j’observe le meuble dans son environnement, j’écoute son histoire. Une fois à l’atelier, je fais ma composition avec du placage naturel. Je prends mes petits morceaux de bois et je commence mon assemblage. Si l’ensemble est harmonieux, je colle les bandelettes et je continue. »

Un effet pictural saisissant

Le nouveau meuble prend forme. Après le collage et le placage, le ponçage est une autre étape. « Le ponçage, c’est un peu farineux ! Ça va donner un premier résultat. Avec le vernissage, certains événements dans le bois vont s’atténuer, d’autres se révéler. Il se passe quelque chose. »

Un meuble en cours d'habillage
Un meuble en cours d’habillage

« Je travaille à partir d’un meuble fané ou démodé et je l’embellis avec du placage, poursuit l’artisan.

La marqueterie comme le placage, c’est du trompe l’œil !

Dans le placage, on a l’impression qu’il y a une continuité dans le mouvement. C’est en fait une somme de défauts qui me permet d’arriver à cet effet pictural. » Un résultat bluffant sinon époustouflant !

Une consommation responsable

Le parcours de David est pour le moins singulier. Une formation professionnelle en ébénisterie à l’Afpa le met sur les rails. Puis un CAP en marqueterie à Uzès termine de l’outiller. Après quelques bosses et hésitations sur sa route, c’est à Motoco qu’il pose ses valises. « Je n’avais qu’une envie, c’était de me vider la tête. J’ai profité de l’énergie du lieu pour reprendre mes créations en utilisant du vieux mobilier pour le customiser », explique-t-il.

Des essences de bois
Des essences de bois

C’est devenu une philosophie.

« On est dans le jetable à profusion. Récupérer un meuble ou du placage, lui donner une deuxième vie, je suis très sensible à ça. »

Pour preuve, son stock de placage s’est enrichi. « Au début j’avais un petit stock de feuilles acheté il y a une quinzaine d’années. Aujourd’hui avec près d’une trentaine d’essences j’ai le choix dans les dégradés, c’est plus abouti », conclut David avec modestie. Rouge, brun, vert, jaune, caramel, la palette est impressionnante !

Projets en cours

Des chaises en formica customisées
Des chaises en formica customisées

Pour découvrir le travail de David Mey ces prochains mois :

  • Les Ateliers Ouverts à Motoco les 3-4 et 10-11 octobre ;
  • Le salon Résonance[s] à Strasbourg du 6 au 9 novembre;
  • La création d’animaux totems – un castor, un hibou et un renard – à l’école maternelle et périscolaire de Pfastatt d’ici fin novembre 2020. Une co-création signée Simon Burkhalter, David Mey et Iva Sintic, résidents à Motoco.

Restons connectés

Retrouvez David Mey sur Facebook, Instagram

Découvrir la boutique en ligne de David Mey

Découvrir plus d’artistes

Publié samedi 29 août 2020 à 9h00

Feuilleter le magazine papier

Découvrez la dernière édition de votre magazine papier : Ambitions agglo #07. m2A, un territoire au service des habitants !

Feuilleter
Feuilleter le magazine papier 'Ambitions agglo #07' | m2A et moi ! Le mag de Mulhouse Alsace Agglomération