m2A et moi ! - Le mag en ligne

L’association Sahel vert, installée à Wittenheim, a fait bien plus que s’adapter au confinement : elle l’a utilisé comme terreau pour y faire germer de nouveaux projets.

On ne peut plus se déplacer avec le confinement ? Alors bougeons dans nos têtes et réinventons le quotidien !

Chez Sahel vert, le pragmatisme est l’outil de prédilection depuis presque 30 ans. Alors quand le coronavirus a mis le pays à l’arrêt, l’équipe a commencé par adapter ses actions, puis elle a utilisé le confinement pour lancer de nouvelles réflexions.

1. LE TRAVAIL SE DÉPLACE DANS LES MAISONS

Première conséquence : le nombre de jeunes accueillis sur site a été réduit à 4 par jour. En temps normal, ils sont une quinzaine, plus autant de salariés de l’association.

Un talent de couturier
Un talent de couturier

« Les équipes interviennent davantage dans les maisons d’habitation, explique Nicole D’Angelo, responsable du Pôle Éducation au sein de l’association. Du coup, on travaille sur l’économie du foyer à domicile et ça permet d’avoir d’autres discussions ».

2. LA MOTIVATION EN HAUSSE

Deuxième effet du confinement :

« Si les bras sont moins nombreux pour les travaux journaliers, les jeunes sont beaucoup plus motivés », note Bruno, volontaire européen venu d’Italie qui supervise les travaux du jardin.

Les occasions de sortie sont si rares que le potager en deviendrait presque sexy ! Ce qui tombe bien : entre les semis et le repiquage, le travail ne manque pas.

Ici, on ne manque pas de travail
Ici, on ne manque pas de travail

3. L’AUTOPRODUCTION SUPERSTAR

« Tout à coup, on se rend compte que l’autoproduction est super importante, observe Nicole. Nous on y travaille depuis longtemps mais là, avec la crise, cultiver ses légumes, faire son pain, fabriquer des masques ou encore produire son énergie : tout prend une autre dimension. Ça montre aussi comment le sort de chacun est lié à celui de l’autre. »

4. SE RÉAPPROPRIER L’AVENIR

« Cette crise nous oblige aussi à nous inscrire dans la durée. Conserver un rythme, s’approprier davantage le lieu où on habite, entrer en relation avec ses voisins, s’autonomiser, produire soi-même au lieu d’acheter – dans les maisons d’habitation, on a mis en place une cagnotte avec tout ce qui aura été épargné pour financer des formations – tout ça, se réjouit Nicole, c’est passer de consommateur à citoyen ».

On produit sur place au lieu d'acheter !
On produit sur place au lieu d’acheter !

CHIFFRES

  • 34 jeunes migrants non accompagnés âgés de 16 à 18 ans sont accueillis par Sahel vert à Wittenheim.
  • 400 masques ont été fabriqués par les jeunes de l’atelier couture entre mi-mars et début mai sur les cinq machines mises à disposition de l’association.
  • 4 activités se poursuivent sur le site de Wittenheim : la gestion pastorale, le jardinage, la cuisine et l’atelier couture.
La gestion pastorale perdure avec 50 brebis
La gestion pastorale perdure avec 50 brebis

 

  • 3 pôles – Éducation, Initiative et Recherche – structurent l’activité de Sahel vert

L’association compte 2 centres : à Wittenheim et à Sofara au Mali. Un 3e devrait ouvrir en Italie.

EN SAVOIR PLUS SUR L’ASSOCIATION SAHEL VERT 

Feuilleter le magazine papier

Découvrez la dernière édition de votre magazine papier : Ambitions agglo #07. m2A, un territoire au service des habitants !

Feuilleter
Feuilleter le magazine papier 'Ambitions agglo #07' | m2A et moi ! Le mag de Mulhouse Alsace Agglomération