m2A et moi ! - Le mag en ligne

Le théâtre Poche-Ruelle présente « Vu du Pont », d’Arthur Miller, dans une adaptation signée Jean-Marie Meshaka. « Une pièce faite de chair et de sang » que le metteur en scène a choisie pour plusieurs raisons…

UN NARRATEUR CULTE DU XXE SIÈCLE

Arthur Miller est notamment l’auteur des « Sorcières de Salem » et de « Mort d’un commis voyageur ». Sa plume fouille avec talent la société dans laquelle il vit à travers son propre parcours : celui d’un émigré qui a connu la souffrance et les difficultés.

Ces épreuves ont forgé en lui ce besoin de comprendre la société dans laquelle il vit. À travers des histoires banales, accessibles, il nous dit de manière simple des choses très profondes sur nos propres vies.

Il est aussi connu pour avoir été le dernier mari de Marylin Monroe…

Une pièce d'une grande actualité
Une pièce d’une grande actualité

TROIS LECTURES POSSIBLES

Décryptage de Jean-Marie Meshaka : « Ce que j’aime dans cette œuvre, ce sont les différents niveaux de lecture ».

  • La première est la connotation actuelle : c’est un drame sur la migration, qui met en scène des émigrés italiens à Brooklyn à la fin des années 50 (le pont du titre, comme le pont qui illustre l’affiche du théâtre, est celui de Brooklyn).
  • La deuxième décrit ce que peut faire une passion, cette chose qu’on ne maîtrise pas, qui a quelque chose d’inéluctable et d’incontrôlable par nature, ce qui fait sa dangerosité. La passion vous met dans un état second, vous fait aller au-delà du possible, du permis…
  • La troisième lecture est ce que nous dit Arthur Miller : combien nous avons tous tendance, dans notre société, à dire que le fautif c’est l’autre. Dans la pièce, le personnage de Béatrice a cette phrase : « Nous sommes tous, tous, des ordures ». Rien ni personne n’est tout noir ou tout blanc, tout est dans le gris. En somme, avant d’accuser les autres, commençons par nous accuser nous-mêmes.

Ce constat s’avère d’une grande actualité et d’une grande véracité. C’est sans doute cette lecture qui me touche le plus. Je choisis toujours des pièces qui me permettent de partager ma vision du monde : et dans « Vu du pont », tout y est : le constat, le chaos et l’hypocrisie.

« Dans cette pièce d’Arthur Miller, tout est dans le ventre »
« Dans cette pièce d’Arthur Miller, tout est dans le ventre »

UNE MISE EN SCÈNE EN TOTALE RÉALITÉ

Et Jean-Marie Meshaka de poursuivre.  » La pièce est une adaptation : il y a des choses qui pour moi ont vieilli ou peuvent être contournées. La mise en scène en revanche est en totale réalité.

Dans cette pièce, tout est dans le ventre : il fallait mettre cette famille dans son jus, dans son contexte : pauvres, dockers, italiens, dans le Brooklyn des années 50… La bande son par exemple a été particulièrement soignée pour correspondre à l’époque. »

Pour les acteurs, le jeu est complexe. Le public pourra d’ailleurs découvrir une nouvelle recrue, Christophe Studer, issu du vivier, l’atelier du Poche.

INFOS PRATIQUES

« Vu du pont » d’Arthur Miller, adapté et mis en scène par Jean-Marie Meshaka.

Théâtre Poche Ruelle, 18 rue du Ballon à Mulhouse

  • Représentations du 9 octobre au 12 décembre 2020.

PLUS D’INFORMATIONS ET RÉSERVATIONS

Contact :  03 89 42 71 15.

Publié lundi 5 octobre 2020 à 11h00

Feuilleter le magazine papier

Découvrez la dernière édition de votre magazine papier : Ambitions agglo #07. m2A, un territoire au service des habitants !

Feuilleter
Feuilleter le magazine papier 'Ambitions agglo #07' | m2A et moi ! Le mag de Mulhouse Alsace Agglomération